Développée par des chercheurs de l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux – ICMCB (CNRS), la technologie DECo est un procédé de durcissement d’outils d’usinage destiné à l’industrie.

Cette méthode permet un gain d’efficience en termes de dureté des objets finaux, de résistance à l’abrasion et de durée de vie, mais également de temps. De plus, n’utilisant pas de produits chimiques et ne générant pas de déchets, elle permet de s’affranchir de toutes les phases de traitement et destruction des résidus actuellement générés. Dans une forte tendance politique et sociale de diminution de l’impact écologique des activités industrielles, la substitution de procédés chimiques lourds par des étapes plus écoresponsables, constitue un enjeu important.

La société A2C, convaincue de l’intérêt de cette technologie, s’est associée au projet afin d’adapter le procédé à leurs propres outils. Cette coopération entre un laboratoire bordelais de pointe dans le domaine des matériaux et une PME régionale, constitue pour la SATT Aquitaine un projet exemplaire dont les débouchés semblent tout tracés. « Parmi mes partenaires industriels, A2C à Mérignac a tout de suite été séduit par l’innovation. Heureusement que la SATT est présente pour financer les projets de transfert de technologie permettant d’aider les petites entreprises. Celles-ci n’ont pas les moyens de faire de la R&D. La SATT est un rouage essentiel permettant aux PMEs d’accéder à de nouveaux marchés, en proposant des produits plus compétitifs que leurs concurrents », commente Alain Largeteau, Ingénieur de Recherche à l’université de Bordeaux.

> Lire le communiqué dans son intégralité (pdf)

(image : shutterstock)