La société OP2 signe une licence exclusive avec l’IHU Liryc, le CHU de Bordeaux, l’université de Bordeaux et Aquitaine Science Transfert pour développer un nouveau traitement contre l’infarctus du myocarde


La société de biotechnologies OP2 Drugs (“OP2”) vient de signer un accord de licence exclusive avec l’IHU Liryc, le CHU de Bordeaux, l’université de Bordeaux et Aquitaine Science Transfert, pour tester l’efficacité d’une molécule contre l’infarctus du myocarde, responsable de plus de 1.200.000 décès par an en Europe et aux Etats-Unis. Le projet a été développé par l’équipe du chercheur CNRS Philippe Diolez (dont Philippe Pasdois et Dominique Detaille), du Centre de Recherche Cardio-Thoracique de Bordeaux de l’IHU Liryc.

Les premiers tests menés sur animal encouragent l’entreprise à envisager des essais sur l’homme en 2019 et une soumission de demande d’autorisation de mise sur le marché dès 2022. Cette molécule dénommée OP2113 est protégée par deux brevets, communs à OP2 et à l’IHU Liryc, européens étendus à l’international.
S’inscrivant dans le cadre d’un accord structurant entre l’IHU Liryc et la SATT Aquitaine, cette licence concrétise le parcours d’un transfert de technologie réussi.

« La molécule d’OP2 a un mode d’action très original avec des propriétés uniques. Elle agit au cœur des mitochondries présentes dans chaque cellule du corps. Sa puissance d’action est donc considérable », explique Michel Haïssaguerre, Directeur de l’IHU Liryc.

« Le CHU de Bordeaux est un établissement de soin, d’enseignement et de recherche dont la volonté est de toujours mieux soigner aujourd’hui et demain, grâce aux bonnes pratiques de recherche qui infiltrent la qualité de la prise en charge dans tous les services de soins, notamment en cardiologie. Ces partenariats entre nos médecins chercheurs et industriels permettent de trouver les dispositifs médicaux et les médicaments pour la médecine de demain », précise Philippe Vigouroux, Directeur général du CHU de Bordeaux.

« Cette signature de la première licence avec l’IHU est particulièrement emblématique. D’une part, c’est un sujet de santé publique sur lequel on a besoin d’innovation. D’autre part, l’IHU Liryc est un institut unique au monde, organisé pour proposer des inventions et grâce aux financements publics, grâce à l’investissement de l’université et du CHU, il démontre par cette signature qu’il fait partie intégrante de l’écosystème de l’innovation », ajoute Manuel Tunon de Lara, Président de l’université de Bordeaux.

« Cette licence est, pour la SATT Aquitaine, un excellent exemple de transfert de technologie répondant à un besoin de marché et à la trajectoire d’innovation d’une entreprise. Elle conjugue les compétences et les résultats de connaissances issus de l’excellence académique développée à l’IHU Liryc, combinées au savoir-faire d’une Biotech française en matière de thérapies innovantes médicaments. Cette alchimie a pour objectif de réunir tous les atouts pour accélérer l’accès au marché d’un traitement innovant des maladies cardiovasculaires dans le cadre d’un co-développement », précise Jean-Luc Chagnaud, Responsable de la BU Santé et de la Propriété Intellectuelle d’Aquitaine Science Transfert.

« Le partenariat avec le centre d’excellence en cardiologie IHU Liryc est un facteur clef de succès pour nos développements et a été l’un des éléments d’attractivité forts pour OP2 auprès de nos partenaires, notamment financiers. Cette signature constitue une étape essentielle pour aborder les prochaines étapes de notre développement », conclut Nicolas Pineau, COO d’OP2.


L’invention, une approche thérapeutique innovante dans le traitement des maladies cardiovasculaires
Les mitochondries, compartiments subcellulaires en charge de la production énergétique de la cellule, jouent un rôle important dans le…
> Lire l’intégralité du communiqué (pdf)

Publié dans Actualités, AQUITAINE