Maylis Chusseau, présidente d’Aquitaine Science Transfert élue présidente du Réseau C.U.R.I.E.

Le Réseau C.U.R.I.E. a le plaisir d’annoncer l’élection de son nouveau conseil d’administration qui s’est tenu lors de l’assemblée générale du 4 juin 2018.

Les nouveaux administrateurs du Réseau sont :

– Pascale Augé, Présidente du Directoire, Inserm Transfert
– Nicolas Carboni, Président, SATT Conectus Alsace
– Maylis Chusseau, Présidente SATT Aquitaine Science Transfert
– Christophe Derail, Vice-Président délégué à la recherche partenariale et au transfert de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) , Coordinateur du réseau CPU des vice-président.e.s recherche et valorisation
– Pierre Dufresne, Président, SATT Toulouse Tech Transfer
– Thierry Guillaudeux, Vice-Président, Université de Rennes 1 et Université de Bretagne Loire
– Corinne Hueber-Saintot, Directrice de la valorisation, CEA
– Benoit Labarthe, Directeur de l’Office de Transfert de Technologie et des Partenariats Industriels de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP)
– Michel Mortier, Délégué Général à la Valorisation, membre du Directoire, CNRS
– Patricia Renaud, Directrice, ARMINES

Lors de cette élection Maylis Chusseau s’est déclarée candidate à la présidence de l’association et conformément aux statuts elle a été élue par le Conseil d’Administration du 16 juillet 2018. Elle succède à Nicolas Carboni, Président de Conectus, qui occupait cette fonction depuis 2014.

Le bureau de l’association, est composé comme suit :

  • Vice-Président :  Christophe Derail
  • Trésorier : Pierre Dufresne
  • Secrétaire : Benoit Labarthe

 

Les engagements de ce nouveau Conseil d’Administration, dans la continuité des actions engagées par le Réseau C.U.R.I.E, sont les suivants :

  • Être source de valeur ajoutée opérationnelle pour ses membres : formation, développement professionnel et services aux membres
  • Être force de proposition auprès des pouvoirs publics, des acteurs économiques et académiques
  • Être un levier de visibilité et de rayonnement du dispositif français de valorisation de la recherche, et développer son influence au niveau national et européen.

 

« Nous constatons, depuis la loi Allègre de 1999, un déploiement des politiques publiques en matière d’innovation en réponse notamment aux besoins de plus en plus spécifiques des entreprises. Les acteurs de la recherche publique ont de leur côté compris que leur contribution est un vecteur essentiel de la compétitivité française. La profession de la valorisation de la recherche publique est donc, plus que jamais, en plein développement et au centre de beaucoup d’intérêts. Elle doit mettre en valeur son impact socio-économique, affirmer la reconnaissance de ses métiers, continuer à fluidifier son action et penser à se réinventer pour suivre le rythme des marchés. C’est autant de défis que nous sommes prêts à relever – les membres du conseil d’administration et moi-même – au sein du Réseau C.U.R.I.E. pour permettre à la communauté des valorisateurs de favoriser un plus grand nombre de succès socio-économiques liés au transfert des innovations sur le marché », déclare Maylis Chusseau.

> Télécharger le communiqué de presse du Réseau C.U.R.I.E.

Publié dans Actualités